Grossophobie et obésité

J’aurais envie de faire une alterpub sur le sujet de la grossophobie et la discrimination autour des gros, mais aussi parler de l’absence des gros dans le paysage sociétale et du déni des 8 millions d’obèses (souvent pauvre)

j’ai vu ce documentaire d’arte sur la grossophobie que je vous invite à regarder

Au délà des chiffres à communiquer, je voudrais trouver un message positif mais percutant sur ce néant d’info ou communication sur les gros, les gros sont exclu de la publicité et de toute com en générale !

L’obésité n’est pas qu’un problème d’individu et de leur choix alimentaire apparemment

Le site d’une américaine qui agit sur le sujet

Des témoignages sur la grossophobie

Grosso modo,
quel est le message que tu souhaite faire passer? A qui?
(les futurs gros, les gros, les anti-gros, les grossophobes, les grossophiles, les grosso-neutres?)
Quelle effet sur le comportement de ta population cible souhaites tu obtenir?
Une plus grande tolérance? ce sont des gars comme les autres qui sont tombés sur la mauvaise PUB? Abattu par le matraquage ambiant? Des études indiquent désormais très clairement le lien matraquage publicitaire et obésité.
Une méfiance vis à vis de l’industrie agro-alimentaire?
Un questionnement sur les clichés?

1 J'aime

Un message à destiner aux enfants puis adultes.
Quand même 8 millions d’obèses absents de toutes communications sauf pour leur dire bouffer moins et mieux, bouger vous et en face l’agro-industrie qui vante leur produit trop sucré, salé.

Oui Thomas : plus de tolérance, d’acceptation, conscience, amener à voir déjà d’un œil différent les gros au lieu de matraquer sur le comportement individuel avec la mauvaise pub et avec juste en dessous « il faut manger des fruit et légumes »

Une première idée serait reprendre les codes du McDo qui cible les enfants et en faire une alterpub positive.

Genre un garçon obèse de 13 ans qui lutte pour sa santé et qui fait l’effort de manger mieux en n’allant pas au fastfood ? A réfléchir, il ne faut pas blesser les gros ni moquer les uns et autres.

Les femmes grosses célèbres comme égérie et fierté. Exemple une jeune danseuse pro

La ville de Paris lança une campagne de com

(Sinon coté malbouffe ya du potentiel d’alterpub à créer !)

Ca ne se voit plus, mais j’étais en surpoids en primaire et aussi obèse étudiant (94kg). En tant qu’homme je me suis jamais senti discriminé par les autres (on a l’air costaud et bon vivant) mais l’image de soi en prend un coup avec la honte etc.

Dans la préhistoire et jusqu’à l’ère industrielle, les gros étaient riches, signe de survie et prospérité, ils représentaient la fécondité (venus de wilendorf) ou un avantage de survie et force.

Par exemple ceux qui stockaient facilement des graisses dans les îles du pacifiques donc qui étaient gros avant l’avantage de pouvoir faire des voyages en bateau plus long et de survivre. La situation fait que les populations du pacifique ont actuellement des taux d’obésité record par endroit.

L’obésité selon la médecine actuelle tend à prouver qu’elle est néfaste sur le long terme mais à court terme être gros est un avantage pour la survie en milieu autrefois hostile.

Stocker le gras est un avantage évolutifs que l’ère industrielle à balayer.

Aussi la rondeur a été et reste encore un peu un attrait féminin,
L’idée est reprise par un magazine en anglais BBW : Big Beautiful Women

Fun fact : Sander L. Gilman soutient que, jusqu’au 20ème siècle, suivre un régime a toujours été l’activité d’un homme. Il continue, l’obésité attaquait l’image idéalisée du masculin tout comme sûrement comme elle le fait actuellement sur l’image idéalisée du féminin.

Extra : Botero un artiste qui sculpta des femme large

Je comprend mieux cet intérêt.
Assez d’accord pour dire que les acteurs économiques de l’industrie agro-alimentaire dévoient un avantage sélectif, qui permettait comme tu le dit, de survivre au milieu, aux frimas hivernaux et à la disette printanière…
Sucre, sel, gras, umami, nourriture pauvre en micronutriments, manque de sommeil lié à la stimulation des écrans, omniprésence publicitaire, banalisation et surdisponibilité de la junk food…
tous les exhausteurs de consommation sont là pour endormir nos systèmes de contrôle, et stimuler nos circuits de recherche.

Alors… quelle a été ta démarche personnelle?